Mobilisez votre intelligence émotionnelle pour la réussite de votre carrière en 4 étapes.

Mobilisez votre intelligence émotionnelle pour la réussite de votre carrière en 4 étapes.

Comme le rappelle Daniel Goleman, dans son best seller l’ Intelligence Emotionnelle, cette capacité nous permet de conduire avec perspicacité notre vie personnelle et professionnelle.

Selon les termes d’ Aristote c’ est le fait d’ être capable de maîtriser ses pulsions affectives, de percer à jour les sentiments les plus intimes d’ autrui, de nouer des relations harmonieuses avec les autres…

Cette conception « élargie » de l’ intelligence attribue un rôle de premier plan aux émotions et met l’ accent sur notre aptitude à gérer notre vie.

Cette aptitude peut se révéler décisive car elle nous permet d’ entretenir de bonnes relations avec nos proches, tant dans la sphère privée que dans la sphère professionnelle.

Elle est indispensable à la réussite de notre carrière.

De plus, nous savons aujourd’hui que les faiblesses de l’ intelligence émotionnelle augmentent les risques de dépression, de violence et de recherche de compensations dans la nourriture, l’ alcool ou la drogue.

Alors, me direz-vous : comment « pratiquer » son intelligence émotionnelle?

Avant de pratiquer, il s’agit, avant tout, d’ évaluer son degré de motivation face à cet apprentissage.

1) Pourquoi souhaitez-vous changer?

Avez-vous un surcroît de responsabilités et/ou une promotion qui vous rendent plus irritables et plus stressés?

Traversez-vous une crise de vie, des ennuis familiaux, des doutes sur votre carrière ou encore la « crise de la maturité » sur l’ orientation à donner à votre vie?

Avez-vous des rapports difficiles avec votre entourage, une déception dans une mission, ou le sentiment d’ avoir fait le tour d’ un travail qui devient routinier?

Toutes ces situations peuvent donner envie d’ accroître ses compétences et d’ être motivés pour le changement.

2) Concentrez-vous sur des objectifs clairs et accessibles :

Se fixer un objectif revient à définir un « soi virtuel » : une vision de ce à quoi nous ressemblerons après avoir changer.

Prenez un seul domaine sur lequel vous souhaitez changer. Par exemple avoir de meilleurs relations avec sa hiérarchie.

Quelle personne êtes-vous dans ce relationnel apaisé? Comment vous sentez-vous? Comment souhaitez-vous être perçu par votre hiérarchie? (ex : comme une personne sur qui on peut compter, une personne compétente, agréable, à l’ écoute, optimiste, organisée…).

Quelles compétences devez-vous développer pour devenir cette personne?

Dans quels domaines de votre vie?

3) Chaque jour planifiez :

Tous les jours, habituez-vous à « être » cette personne.

Une pratique régulière est nécessaire pour substituer une nouvelle habitude à une ancienne. Créez, en vous, et intentionnellement ces nouvelles émotions qui vont vous permettre de devenir cette personne aux relations apaisées au travail par exemple (mais également dans la sphère personnelle).

Pour parvenir à maîtriser une compétence émotionnelle, la maîtrise de soi et la volonté de résultats sont deux facteurs très importants à prendre en compte.

4) Action :

Pratiquez, pratiquez et pratiquez!

Ne vous jugez pas si vous n’ y arrivez pas du premier coup. La patience, l’ assiduité et la persévérance sont des atouts majeurs qui vous permettront d’ atteindre vos objectifs et devenir la personne désirée. Focalisez-vous sur les points positifs ressentis au cours de l’ exercice et faites le point en fin de journée;

Pour vous aider ou aller plus loin, la présence d’ un « entraineur » à l’ écoute peut également s’ avérer très utile pour vous amener vers le succès et le développement de votre intelligence émotionnelle.

Et vous, sur quels compétences émotionnelles souhaitez-vous progresser?

Et si vous n’ aviez plus peur de l’ échec?

Et si vous n’ aviez plus peur de l’ échec?

D’ après le livre « Social » de Matt Lieberman professeur à Harvard, la peur du rejet social et la peur de la douleur physique seraient concentrés dans la même partie du cerveau.

Le ressenti de ces deux douleurs seraient équivalentes en terme d’ intensité.

De plus, l’ homme a peur de faire face à la douleur, au rejet.

Donc, comment se débarrasser de la peur de l’ échec (ou en tout cas, s’ en faire une alliée)?

reconnaissez que votre peur est bien réelle : au lieu de dire « je n’ ai pas peur », acceptez-là.  Le rejet social est de toutes les façons inévitable (cf dernier post « setting boundaries »). Acceptez-le comme tel et ressentez ce rejet comme si il était déjà en train de se produire.

la peur est un moteur qui, bien utilisé, permet de vivre une vie moins routinière. Elle développe une capacité à accomplir les choses qui sont importantes pour vous.

retirez de votre vocabulaire le mot « échec », utilisez plutôt les mots « apprentissage », « expérience ». Vos mots sont votre réalité. Commencez par faire attention à votre vocabulaire, et votre façon de penser changera.

Et vous, quelle est votre expérience sur le sujet?

How far are you from achieving your dreams?

How far are you from achieving your dreams?

How far are you from achieving your dreams?

 

Most of us are going along our human experience called Life, and as we are on our path, we are longing for a sense of growth and progress.

Although all of us want to make changes in our lives (career and professional changes, personal life changes), most of the time we make short-term changes. We write “wish lists” starting New Year and we continue with “to-do” lists that don’t lead to an important, life growing major breakthrough.

When, suddenly, one day we realize that we are not moving forward while we having a feeling of not making so much progress, we try to change one or few habits.

And our fears, believes, and emotions come along the way and put us back to our previous state, added with the feeling of disappointment and frustration.

So, how do we live a life in such way that we, not only achieve our goals, but also experience amazing growth along the way?

 

The first few questions we can ask ourselves are the

following ones:

 

What do I seek to make progress in?

What is the dream I want to achieve?

And why is it so important to me? How would I feel?

Take a piece of paper and start answering those questions….

Achieving our dreams are part of a long process.

They help us to explore our potential as human beings.

 

To start exploring our potential, we need to clarify our

vision first.

 

So let’s dive into different exercises that will help you to do so.

Those exercises are about your life values, they will help you to define who you are, and what truly matters to you (essential to defining your compelling vision):

1-) Write down the 10 things you enjoy doing the most.

2-) Write 3 things you need to do to feel fulfilled at work.

3-) Write down 5 most important values in your life and what you stand for.

4-) Lastly, if money weren’t an issue, how would you spend your time? What would you be doing?

Take your time to answer those deep and powerful questions…

Then, ask yourself :

Where am I at, in this very present moment in my

life, with respect to my vision?

 

What are the thoughts that brought me in my current situation (example: lack of confidence, fear of others judgement, fear of failure…)

– What are the next steps to take in order to get closer to my vision?

Make a list of the different things you are committed in doing to meet your dream.

Put them on your calendar, day by day, week after week.

A different mindset and different actions will lead you to different results.

With discipline and focus your mind will begin to see patterns and alignments that you didn’t see before.

This will lead you to getting closer to your vision, closer to your living dream.

 

Next episode: let’s overcome our fears!

Meanwhile have fun and stay serene.

Le coaching professionnel ou l’Art du savoir Etre.

Le coaching professionnel ou l’Art du savoir Etre.

Le coaching professionnel ou l’Art du savoir être :

Le coaching a le vent en poupe!

Tout le monde en parle.
Malheureusement, les médias ont vite fait de brouiller les pistes, et d’en faire un « fourre-tout » qui ne permet pas aux gens d’avoir une opinion éclairée sur cette profession bien méconnue du grand public.
On essaie de lui trouver une place, un sens, une fonction, une définition. En vain.

J’ai donc voulu écrire cet article par souci de clarté. Clarté quand à la profession et à son éthique.
Après quelques recherches, voici ce que j’ai trouvé concernant le coaching professionnel (Wikipedia)
-Le coaching ou executive coaching est un accompagnement personnalisé cherchant à améliorer les compétences et la performance d’un individu, d’un groupe ou d’une organisation, grâce à l’amélioration des connaissances, l’optimisation des processus et des méthodes d’organisation et de contrôle.

Ou bien (International Coaching Federation) :
Le coaching professionnel se définit comme une relation suivie dans une période définie qui permet au client d’obtenir des résultats concrets et mesurables dans sa vie professionnelle et personnelle. A travers le processus de coaching, le client approfondit ses connaissances et améliore ses performances.

Qu’est-ce que le coaching professionnel?

En effet l’ objectif d’un coaching professionnel est bien d’aider le client à atteindre ses objectifs, qu’ils soient sportifs (coach sportif), relationnels (avoir une meilleure relation avec son boss, ses collègues…), d’épanouissement ( équilibre vie professionnelle/vie personnelle), managériaux (gestion du temps, de ses priorités, gestion du stress…).
Il s’agit également d’améliorer ses compétences, son savoir-faire et bien entendu ses performances (ce qui nous pousse à reconnaître que le coaching, en France est essentiellement demandé par les entreprises). Cependant, les particuliers sont de plus en plus demandeurs de coaching car ils souhaitent trouver un sens profond à leur vie et recherchent l’épanouissement dans tous les domaines.

Mais l’essentiel du sens du coaching en tant que profession n’est pas abordé.

Le coaching est un Art.

L’art du savoir ETRE et du savoir FAIRE (l’un ne peut aller sans l’autre).
Car en effet, comme le dit si bien Alain Cardon dans son livre  » L’Art du véritable Maître Coach »: « les outils, les démarches et les méthodes ne sont pour le coaching que des béquilles si le coach ne fait pas preuve des qualités d’écoute et de présence essentielles pour accompagner et faire « émerger » de nouvelles perspectives ».

Cet état d’être se traduit par l’ écoute (au delà des propos du client), la résonance dans le discours (rythme, timbre de voix), la présence au client et à la relation. En se libérant du besoin de comprendre, le coach fait place à l’écoute et à l’expression des émotions,aux croyances, aux non-dits, aux silences.
Cet état d’être (à l’image d’un pas de deux) permet l’émergence d’une nouvelle perspective, claire et précise et d’une prise de conscience qui va permettre au client d’avancer pas à pas vers ses objectifs.
Nous pourrons également parler de Maïeutique ( l’art de faire accoucher les esprits selon Socrate) qui désigne une méthode d’enseignement, qui contrairement à la didactique, ne prétend pas donner le Savoir de l’extérieur, mais aide à le trouver en lui-même.

La finalité d’un coaching professionnel est donc de faire découvrir et de faire émerger à l’interlocuteur des vérités qu’il porte en lui et dont il n’a (pas encore) conscience.
Tout un Art….

Souhaitez-vous plus de sérénité dans votre vie professionnelle?

Souhaitez-vous plus de sérénité dans votre vie professionnelle?

 

Vous vous sentez stressé, insatisfait de votre situation professionnelle (et personnelle). Votre vie n’a plus de sens. Quelles sont les étapes importantes qui vous permettront de vivre votre vie avec plus de sérénité?

J’accuse réception de ma souffrance :

La transformation vers une vie plus sereine en accord avec ses aspirations personnelles et professionnelles ne peut malheureusement se réaliser sans le passage par la souffrance. En effet, cette souffrance viscérale (le corps « parle » cf mon ebook), intellectuelle et/ou spirituelle est la première étape qui permet de  faire réellement face : « je souffre de cette situation », « je me sens mal », « je ne me reconnais plus », « je ne sais plus qui je suis », « je ne me sens pas à ma place », « je n’aboutis à rien dans la vie »…sont des phrases que vous vous dites intérieurement. Accusez réception de cette douleur, ne la fuyez pas (dans la nourriture, l’alcool, et autres « compensations » …). Reconnaissez-la et faites-lui de la place. Ce n’est qu’à cette condition que vous serez prêt au changement, et/ou demander de l’aide.

Je prends conscience de mes pensées :

En effet, une fois que j’ai accusé réception de ma souffrance, la deuxième étape vers la sérénité est de prendre conscience de mon mode de pensée. En effet, nos pensées sont personnelles, elles sont notre création. Nous en sommes responsables .Et  comme le disait si bien Einstein :  » La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent « . Il est donc primordial d’ entendre vos pensées et de les reconnaître. en effet, nos émotions proviennent de notre mental et celles-ci engendrent des actions (avec un impact plus ou moins positif sur notre vie). Donc prendre conscience de ses pensées et de nos émotions permettent de changer nos actes et donc de prendre les mesures nécessaires vers plus de sérénité (cf mon ebook).

Je pratique la sérénité :

Et oui, la sérénité demande de la pratique. Au début cela demande un certain effort (d’où l’importance de la motivation et du désir profond de changement en passant par » accuser réception » de sa souffrance, comme je l’ai précisé plus haut). La première question à se poser est : « qu’est-ce qui me procure le plus de sérénité dans ma vie »? Ce sont les balades dans la nature, la lecture d’un livre, parler à un ami cher, cuisiner un bon plat, faire du yoga, pratiquer un instrument de musique?…. Faites-vous plaisir, prenez du temps pour vous. Pratiquez la sérénité au travail (prendre ma pause-déjeuner seul pour aller prendre un bol d’air, ou bien au contraire partir avec plusieurs collègues et discuter), avec son conjoint, ses parents, ses enfants. Prendre consciemment 10-15 minutes (voire plus)  pour  ces activités qui vont calmer votre mental et vous permettre d’accéder à plus de sérénité. Pour cela, je recommande également  la méditation  (de pleine conscience ou autre, qu’elle soit guidée ou libre). Ci-joint quelques applications que j’ai testé et que j’utilise : NamatataPetit BambouInsight Timer, les méditations guidées de Christophe André…

En prenant du recul sur vos modes de pensée, en gérant vous émotions et en intégrant de nouvelles habitudes (quotidiennes) vous vous sentirez mieux et plus serein tant  dans votre vie professionnelle que personnelle. En effet, les autres et les circonstances ne changeront pas tant que vous ne changerez pas.

Voulez-vous changer 🙂 ?

 

 

 

 

 

Free yourself from a negative and draining work environment for more clarity and serenity

Ebook-Jobserein-en-120